Une présentation des modèles d'avions Français

Quelques maquettes - en attendant un vrai documentaire !

Présentation générale

L'aviation Française en Mai 1940 est en pleine transition. Elle se réarme lentement, avec un florilège de nouveaux appareils modernes qui prend essor en 1936, mais qui n'est en service que peu avant le déclenchement de la campagne. Les matériels sont nouveaux, les équipages souvent peu aguerris à leurs nouvelles machines. D'autre part la grande majorité des appareils sont plus anciens, remontant à 1930. C'est un paradoxe.

Chasseurs Français en 1940

Le premier point est celui de la chasse Française. En nombre, l'aviation aligne deux chasseurs de première ligne, que l'on considère en 1940 pour l'un deux, obsolète: Il s'agit du Morane-Saulnier 406 (Video). Petit, trapu, maniable, il n'est ni assez puissant ni assez armé. Il concède 100 km/h au Me 109, ce qui est impardonnable en combat aérien, et des deux mitrailleuse légères de 7.5 mm, héritages de la grande guerre n'étaient que de peu d'utilité. En revanche le canon Hispano de 20 mm dans le nez était lui, redoutable. Les pilotes connaissaient bien ces machines et firent des dégâts à la Luftwaffe. Un peu plus moderne était l'ancêtre des "dassault", en ce temps appelé Bloch Mb 150. Cette série d'appareil à moteur en étoile partageait les même défauts: Faiblement armé (bien que cela fut vite modifié) et pas assez rapide pour réellement inquiéter le Me 109. Toutefois, contre tout le reste de la luftwaffe, ils étaient redoutables. Et il n'est pas impossible que les Allemands, considérant que seuls les moteurs en ligne étaient souhaitables aient changé d'avis, chez Focke-Wulf, en concevant le premier prototype du Fw.190 à cette époque. Et il y avait le Dewoitine 520 Voir: Le Curtiss H75 Américain en vol.

Le "Spitfire Français". Presque aussi rapide que le Me 109, plus maniable et bien armé, il était en outre le troisième chasseur en nombre, mais arrivé trop tard seules deux escadrilles auront le temps de l'opérer. Le quatrième chasseur de première ligne était l'Américain Curtiss Hawk H75 (P36), un brute moderne, bien armée et maniable que les pilotes adorèrent mais qui n'était pas assez rapide face au Me 109. On songea même à sa variante à moteur en ligne en Juin 1940 mais tout était déjà joué. A cela il faut ajouter un brillant appareil, cette fois au même niveau que le Me 109, mais qui n'eut jamais le temps d'être opérationnel: L'arsenal VG33. Pour close le tableau il faut parler du chasseur léger Caudron C.714 à moteur Renault, fruit des avions de course vainqueurs dessinés par Marcel Riffard. Il y avait aussi, toujours importants en nombre les appareils de chasse régionaux, bien plus anciens comme le Nieuport-Delage 622, Morane 225, Blériot-Spad S.510 et Dewoitine 510. Nous y reviendrons.

Avions de reconnaissance Français en 1940

Un autre point à signaller est l'importance aux avions de rconnaissance omnirole, sans doute fournis en proportion anormales par rapport à d'autres pays. Très doctrinale l'aviation Française se focalise sur l'utilisation de l'aviation en fonction du type considéré, non de ce que chaque type peut faire sur le moment. Ces appareils sont essentiellement le Mureaux 110/113, et séries Potez 630. Lent et vulnérables, ils accusent les plus lourdes pertes. Le Potez 63 est initialement prévu comme un chasseur d'escorte comme le Me 110 auquel il ressemble beaucoup (Potez 633), mais c'est le 631 au nez vitré qui devient le plus courant. Nul ne pense en faire un bombardier tactique, qui est le grand oublié de cette aviation de 1940. Le seul en ligne est alors l'excellent Breguet 693, robuste, maniable, rapide et fait pour le bombardement tactique, en lâchant avec précision, en piqué sa charge de 460 kg. Un excellent appareil est le bimoteur Bloch Mb.170, également bombardier rapide pour l'aviation et la marine, mais il arrive trop peu, trop tard pour faire un différence.

Bombardiers Français en 1940

L'amour immodéré pour les théories Douhetistes. Par là on entendra l'aveuglement des politique, qui décident des budgets et des orientations, pour la guerre aérienne (entendre "seule"). L'idée du Général Italien Douhet dans les années 20 est celle du bombardement stratégique. La fièvre pour les bombardier s'empare de l'italie vers 1917 avec le frac succés des Caproni et la pays s'engage dans la construction d'avions toujours plus gros et de flottes d'hydravions transcontinentales. Pour Douhet, l'aviation stratégique est conçue pour raser des villes entières, anéantir une économie et des démoraliser une population. Elle rend les armes "classiques" obsolètes. De même on peut couler une marine entière avec une poignée de bombardier. Cette peur prévaut chez les politiques et la population, qui fait que les Français déploient beaucoup de ressources pour la constitution d'une aviation stratégique. On peut citer notamment le Farman 222, des bombardier moyens anciens comme le Bloch 210 et Amiot 143, et le Potez 540, mais aussi les plus récents et coûteux LeO 45 et Amiot 351.

Aeronavale Francaise

La tradition aéronavale Française remonte au premier vol d'Henri Fabre en 1908. Parmi les appaeils fameux de la grande guerre citons les hydravions Donnet-Leveque et FBA. Après le croiseur transport d'hydravion Foudre et son successeur le Cdt teste en 1931, l'avation embarquée ne décolle vraiement qu'avec l'achêvement du porte-avions Béarn en 1927, et Durant l'entre-deux guerre une variété d'appareil se développe. Citons par exemple le Villiers II, Wibault 74c, Potez 25, NiD 62, Morane MS230, Levasseur PL.4-PL.5 entre autres.
En 1940 cette aéronavale comprend le bombardier en piqué LN 401 et des avions Américains comme le Vought V.156-F et le Martin 167 Maryland, opérant à terre comme les Romano R.82, LeO 451 (Marine), Potez 631 C3, Potez 56, LeO 7.2, LeO 20, 25, , Farman 220, les avions embarqués PL.7 et PL.10.
Les hydravions NiD.621, Hanriot H.41, Farman NC.470, Potez 452, Loire 130, Loire 210, LeO H.43, Levasseur PL.5/9, Potez 45, Laté 290/298, Gourdou-Lesseure GL 832, Farman F.160 Goliath (réformé), CAMS 37 (réformé) 46 et 55, Breguet 521 Bizerte, Blanchard Brd.1 (1923, réformé) et enfin l'énorme Latécoère 521/22/23, dont les 5 exemplaires servirent durant la guerre.

Comparatif des pertes par aviation

#
Pays
Avions perdus
Pourcentages
01
flagFrance
645032
02
flagAllemagne
645032
03
flagGrande-Bretagne
645032
04
flagUSA
645032
05
flagURSS
645032
06
flagItalie
645032
07
flagJapon
645032

Liens

https://www.asisbiz.com/il2/Yak-3/Normandie-Niemen.html https://www.youtube.com/playlist?list=PLv2Ep3Lf1ehms2zimWDvE8Tz71dURlLDo
https://youtu.be/l4nL48D1XoY
https://youtu.be/rkWAuPJ3NOg
https://youtu.be/-nTQxtR8kog